humaniser nos organisations

 

Puis, dans un contexte ou dans un autre, dans un rôle ou dans un autre, à un moment ou à un autre, nous exerçons tous, un jour, à un moment donné, une relation d’autorité, de pouvoir sur autrui : dès lors que nous voulons réaliser ensemble quelque chose se pose la question de l’autorité et du pouvoir.
 
Or, diriger et accompagner autrui  est, depuis la nuit des temps, un art difficile. 
 
Cet exercice est particulièrement ardu dans notre culture occidentale, où prévalent des valeurs égalitaires d’épanouissement personnel. Assumer des fonctions qui requièrent l’exercice de l’autorité et l’accompagnement d’autrui, dans nos organisations de ce début de 21ème siècle, est devenu très délicat, ce d’autant plus que nos systèmes éducatifs ne nous y préparent pas. Nos systèmes éducatifs ne nous enseignent ni les voies de l'épanouissement, de l'autonomie intellectuelle, émotionnelle et décisionnelle, ni à vivre solidairement, à faire face aux problèmes vitaux de l'erreur, de l'illusion, de la partialité, de l'incompréhension d'autrui et de soi-même.
 
Selon nous, la difficulté de la mission est l'envers d'une pièce dont de puissantes attentes positives sont l'endroit. Le besoin d'engagement et de sens, le désir et la possibilité d'épanouissement et de reconnaissance au travail, la joie de réaliser ensemble tout en étant respecté en tant que personne, sont autant d’énergies puissantes dont ceux qui sont en charge des fonctions d’autorité peuvent bénéficier en modifiant leur posture et leurs manières d'agir - et donc faire bénéficier leurs organisations.
 
Au-delà de la visée de performance, l’éthique nous appelle à rechercher des formes d’exercice de l’autorité respectueuses des personnes : exercer un leadership qui soit véritablement au service de sa fonction, pour un collectif qui soit au service des êtres humains : un collectif intelligent, apprenant.
 
Pour nous, la double question de la qualité des relations humaines au sein des organisations et de l'exercice du pouvoir est centrale.Puis, dans un contexte ou dans un autre, dans un rôle ou dans un autre, à un moment ou à un autre, nous exerçons tous, un jour, à un moment donné, une relation d’autorité, de pouvoir sur autrui : dès lors que nous voulons réaliser ensemble quelque chose se pose la question de l’autorité et du pouvoir.

Dès lors que nous voulons réaliser ensemble quelque chose se pose la question de l’autorité et du pouvoir. Or, diriger et accompagner autrui  est, depuis la nuit des temps, un art difficile. 

On ne naît pas humain : on le devient, au contact d’autres êtres humains, qui nous dirigent et nous accompagnent dans cet apprentissage. Puis, dans un contexte ou dans un autre, dans un rôle ou dans un autre, à un moment ou à un autre, nous exerçons tous, un jour, à un moment donné, une relation d’autorité, de pouvoir sur autrui

Cet exercice est particulièrement ardu dans notre culture occidentale, où prévalent des valeurs égalitaires d’épanouissement personnel. Assumer des fonctions qui requièrent l’exercice de l’autorité et l’accompagnement d’autrui, dans nos organisations de ce début de 21ème siècle, est devenu très délicat, ce d’autant plus que nos systèmes éducatifs ne nous y préparent pas. Nos systèmes éducatifs ne nous enseignent ni les voies de l'épanouissement, de l'autonomie intellectuelle, émotionnelle et décisionnelle, ni à vivre solidairement, à faire face aux problèmes vitaux de l'erreur, de l'illusion, de la partialité, de l'incompréhension d'autrui et de soi-même.

De puissantes énergies de développement et d'apprentissage

Selon nous, la difficulté de la mission est l'envers d'une pièce dont de puissantes attentes positives sont l'endroit. Le besoin d'engagement et de sens, le désir et la possibilité d'épanouissement et de reconnaissance au travail, la joie de réaliser ensemble tout en étant respecté en tant que personne, sont autant d’énergies puissantes dont ceux qui sont en charge des fonctions d’autorité peuvent bénéficier en modifiant leur posture et leurs manières d'agir - et donc faire bénéficier leurs organisations.

Au-delà de la visée de performance, l’éthique nous appelle à rechercher des formes d’exercice de l’autorité respectueuses des personnes, à exercer un leadership qui soit véritablement au service de sa fonction, pour un collectif qui soit au service des êtres humains : un collectif intelligent, apprenant.

Pour nous, la double question de la qualité des relations humaines au sein des organisations et de l'exercice du pouvoir est centrale.

 
"L’attention portée aux personnes, dans leur singularité, est la réponse principale au problème croissant du sens de l’engagement au travail aujourd’hui."
Pierre-Olivier MONTEIL